Se libérer de la dépendance affective

photo : Vivienne Mok

On y est, je vais aborder une maladie psychique qui affecte l’humanité depuis des siècles. Nous sommes beaucoup à l’expérimenter au quotidien que ce soit dans une relation de couple, amicale ou familiale. La dépendance affective est confondue avec l’amour nous amenant à développer des croyances comme « je serai heureuse quand je serai en couple » « l’amour ça fait mal et c’est normal » « quand on est deux c’est mieux » « je ne peux pas vivre sans toi » « si je suis seule, comment puis-je être heureuse ? » Est-ce que ça te parle ? Bienvenu dans le monde tragique de la dépendance affective ou tu crois que l’amour & le bonheur se trouvent à l’extérieur de toi.

Restons otpimiste

La bonne nouvelle dans tout ça c’est qu’on peut s’en sortir et devenir autonome affectivement. J’ai expérimenté la dépendance affective et sa guérison. En conséquence, je suis heureuse et épanouie même dans la solitude aujourd’hui. « Annnnnnh mais comment est-ce possible ? C’est une extra terrestre !! ». Je suis bien humaine (en partie 🤪). Et si j’ai réussi, alors je pense que toi aussi tu peux y arriver.

Je ne vend pas de pilule magique pour te transformer en Scarlett Johansson et être aimé de tous. Ni de confiture pour enlever la douleur dans ta vie chaque matin en mangeant tes tartines. Je ne te garantie pas non plus d’atteindre des objectifs en une semaine. Et je ne vend toujours pas de jus d’amour pour être heureuse au quotidien.

Alors qu’ai-je à te proposer ? Continue de lire, je te révèle mon secret plus loin heheheheeeeeee 😁

💗 D’où vient la dépendance affective ?

Et bien je t’invite à lire les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau pour comprendre mieux la blessure de l’abandon qui en est à l’origine.

Blessure de l’abandon

Le comportement associé à cette blessure est celle de l’abandon. Dans le sens où nous avons eu une relation affective forte avec quelqu’un. Et que cette personne finit par nous quitter peu importe les raisons. Les blessures de l’âme se créent en partie dans l’enfance. En effet, il s’agit d’un événement douloureux ressenti comme une déchirure émotionnelle intérieur par l’enfant. Accompagné d’une douleur tellement insupportable que l’enfant se crée une stratégie pour ne plus jamais ressentir ça de sa vie. Généralement c’est là que l’Ego (enfant blessé) commence à intervenir. Et bien sûr cette stratégie ne marche pas 😅. On aura au moins le mérite d’essayer même si ça fait 10.000 ans que ça dure …

Moi et l’abandon

Pour ma part, mon père a travaillé de nuit pendant quelques année. Donc il a pu s’occuper de moi quand j’étais très jeune. Quand il a trouvé un nouveau job avec des horaires de jour, j’ai pas du tout compris pourquoi je ne le voyais plus. Et les pensées égotiques sont arrivées avec des « c’est à cause de moi, il ne m’aime plus, j’ai du faire ceci ou cela, être comme ci ou comme ça ». Et là j’ai du me dire, je ferai tout ce qu’un homme me dira de faire et d’être pour lui plaire et être sûr qu’il restera dans ma vie.

Vois comme je suis devenue pathétique, comment je me suis conditionnée pour ne jamais être moi-même et authentique de peur de perdre un être cher. J’en rigole hein, car j’aime bien rire de moi. L’auto dérision est selon moi l’humour des grands sages, contrairement à l’humour qui vise à rabaisser et humilier les autres … Il y a une terreur toxique que Lilian Glass nome « le plaisantin ».

Bref je digresse : « graiiiisse !! » 🤣😅

Conditionnement

A partir d’un événement douloureux, je me suis conditionnée à l’échec dans mes relations amoureuses, à être ce qu’on attend de moi et donc malheureuse. Oui ça fait mal de réaliser qu’on est soi-même responsable d’une vie misérable et de son malheur. La bonne nouvelle c’est qu’on peut changer des choses pour avoir des résultats différents. J’ai testé et ça marche alors pourquoi ne pas essayer de se créer son propre bonheur ?

Mes relations affectives (couple, famille, amis) ont été développées sur la dépendance affective. C’est à dire que je croyais avoir besoin des autres pour exister et me sentir bien dans ma peau et être heureuse. Ainsi, je rendais les autres responsables de mon bonheur. Et toi-même tu sais, avec cette envie que l’autre lise tes pensées instantanément et sache exactement ce dont tu as besoin sans ouvrir la bouche …

Attentes -> Déceptions

Mets-toi à la place de l’autre deux minutes : est-ce que tu arrives à lire dans les pensées de tes proches et savoir à la seconde près ce dont ils ont exactement besoin ? Même avec une forte empathie, la réponse est « NON pas possible ». Du coup je passais mon temps à faire la gueule, à pleurer « parce que personne ne m’aime et me comprend ».

Je ruminais des pensées dévalorisantes à mon sujet nuit et jour «  je suis nulle, une sous merde, personne ne m’aime, je mérite pas l’amour, je dois avoir un problème, pourquoi on me déteste ? Qu’ai-je fais pour mériter de souffrir autant ? Pourquoi ne suis-je pas heureuse comme le reste du monde ? ». La dépendance affective vient aussi du désamour de soi qui nous empêche d’avoir une haute estime de soi et développer de la confiance en soi.

💗 Qu’est-ce que la dépendance affective ?

C’est assez simple finalement. C’est rendre l’autre responsable de notre bonheur. Et s’oublier pour plaire aux autres et avoir un semblant d’affection si et seulement si on se plie à leurs exigences. C’est ne pas s’aimer, dans mon cas se détester physiquement et intérieurement. Développer des croyances sur les relations et l’amour tels que : je serai aimée si je suis comme ci ou ça, être deux c’est être heureux, je serai bien dans ma peau si je suis aimée, il n’y a qu’un autre qui puisse prendre soin de moi, me protéger, me rendre heureuse.

C’est essayer de combler ses trous affectifs par de la dépendance en tout genre : alcool, drogue, sexe, possession d’objet … Ou être prête à rester avec un mec violent verbalement et/ou physiquement. Toute forme de dépendance est le signe d’un trouble psychologique qui selon moi en lien avec du désamour de soi.

Fuir ses souffrances

De mon côté j’ignorais ma souffrance en me noyant dans le travail. Ensuite, je faisais semblant d’être forte et indépendante en mode « je n’ai besoin de personne en Harley Davidson ». Mensonge auquel je voulais croire pour ne pas sombrer dans la dépression. Quand j’avais des rapports sexuels avec un homme je prenais ça pour de l’amour et de l’affection.

Il y avait beaucoup de dépendance affective à mes amis, à ma famille proche et à mes copains. J’avais des attentes irréalistes, j’avais besoin de leur affection et de leur attention pour me sentir aimée et existée. Forcément, j’étais très malheureuse, et comme j’en avais pas conscience, je ne pouvais pas mettre en place des changements. Du coup, je continuais à ruminer dans ma tête combien j’étais malheureuse. Donc je désirais trouver l’homme qui allait m’aimer, me chérir, prendre soin de moi, me protéger, remplir mes trous affectifs, qui allait me rendre heureuse jusqu’à la fin de mes jours … Une princesse qui se berce d’illusion.

Amour inconditionnel

Alors le mode bisounours quoi ooohhhhhh !!! Bah non le mode bisounours il marche que si on se donne de l’amour. Pas quand ce sont les autres qui nous en donnent pour nous remplir. Et ouiiiiiiiiiiiiiiiii tout le monde critique le mode bisounours mais en fait ils n’y connaissent rien 😜

D’ailleurs je vais te partager l’image que Don Miguel Ruiz utilise dans « la maîtrise de l’amour ». Oui, encore et toujours Miguel. Sa sagesse m’a tellement aidé à observer mon intériorité et comprendre l’art de s’aimer soi-même que je le site souvent.

D’abord il décrit la dépendance affective comme une relation entre un dealer et un drogué. C’est hard, mais c’est vraiment ça : « je ferai tout ce que tu veux pour que tu m’aimes, dit le drogué pour avoir sa dose
– Ok, fais ce que je te dis, je te donnerai de l’amour en échange » répond le dealer. Voilà, nos relations affective sont basés sur ce simple concept de conditionnement et d’abus de pouvoir.

Amour et conditionnement

C’est pourquoi nous croyons que l’amour fait souffrir. C’est parce qu’en fait ce n’est pas de l’amour. Alors oui l’amour fait du bien et c’est d’ailleurs sa seule fonction. Donc si tu es dans une relation où tu souffres, c’est qu’il n’y a peut-être pas d’amour. Plutôt de l’attachement, que tu n’es peut-être pas non plus avec la personne qui te convient. « Elle m’énerve celle-là, et si je veux rester avec cette personne parce que je sais au fond de mon cœur que c’est la bonne ? Hein t’en sais quoi d’abord ? »

Donc tel un drogué accro à l’affection, on prend ça pour de l’amour. Puis on cherche désespérément son prochain dealer qui nous nourrira d’affection fictive. Alors, allant de déception en déception on finit par devenir complètement déprimée et désespérée. Je parle de moi quand j’ai touché le fond et explosé en 2012.

La cuisine magique

Miguel décrit l’amour inconditionnel comme une cuisine où l’on se nourrit soi-même de mets délicieux fait avec amour pour soi. Et donc quand un dealer arrive à ta porte avec une bonne grosse pizza, tu lui dis « bah merci mai j’ai déjà ce qu’il me faut ».

“La base d’une relation harmonieuse avec les autres, c’est d’avoir d’abord une relation harmonieuse avec soi-même.”

Moi 😎😂

Si tu te donnes de l’amour tout les jours, tu n’auras besoin de personne pour le faire. Et en remplissant ta cuisine de plats savoureux, tu auras aussi du plaisir à partager ta cuisine avec les autres.

pas besoin de toi j’ai déjà ma pizza

Bien, on passe au pratiquo pratique ? C’est quoi la recette d’une bonne pizza 😂👌 ?

💗 Comment sortir de la dépendance affective ?

Et bien c’est très simple, il n’y a selon moi qu’un seul chemin, c’est celui de l’amour de soi. Voilà tel Yoda je te laisse avec ça, tu médites dessus et tu reviens me voir dans 6 ans 🤪

Pour trouver la force, 600 ans j’ai galéré. C’est ton tour.

Je déconne, c’est précisément pour ça que je suis devenu facilitatrice de lumière. Dont une de mes activités est de t’enseigner comment t’aimer. Puis de t’accompagner à découvrir chaque détail de la belle personne que tu es. Afin de trouver l’amour en toi de manière autonome et ta recette du bonheur.

Etape 1

Prendre conscience qu’on est dans la dépendance affective. Comme d’habitude, tout commence par une illumination. Touchée par la grâce de Dieu tu réalises que tu es malheureuse. En plus d’avoir des relations chaotiques ET que c’est de ta faute parce que tu ne t’aimes pas.

*chants angéliques*

Ensuite on pleure et on se désespère une bonne semaine. Puis arrive le moment de prendre une décision Toujours la même tu remarqueras. Je continue à faire comme d’habitude ? Ou j’essaie de changer des trucs pour voir où ça mène ?

Si tu as choisi de prendre la même pilule que Néo dans Matrix. Je sais plus quelle couleur bleu ou rouge ? Alors tu peux passer à l’étape 2 😎

Etape 2

Aller explorer son intériorité « Ouhlalaaaaaaaaaaa né peur ». Oui ça fout les jetons, c’est très désagréable. Même les grands maîtres yogis sont passés par là. En efet, pour se connecter à son énergie d’amour intérieur, il faut d’abord faire le ménage. Parce qu’on ne peut pas remplir sa coupe d’amour si elle est pleine de trous et d’amertume aqueuse.

Je le re-re-re-re-dis, pour guérir ses blessures, on a besoin d’aller voir ses plais les plus purulentes et dégueulasses pour en prendre soin. Apprendre à les aimer et les aider à cicatriser même si ça sent le vomit. Encore une image charmante, merci Daphné, tu me vends du rêve à chaque fois.

Donc si tu n’as pas envie d’y aller c’est ok, si tu ne te sens pas prêt c’est ok aussi. Chacun prend le temps dont il a besoin. Je te rappelle simplement que le bonheur il se trouve à l’étape 7 donc c’est toi qui choisis si tu t’arrête là ou si tu veux continuer.

Oser être soi

D’abord, cela demande beaucoup de courage de plonger en soi. Moi même j’ai été pétrifiée. Quand j’ai abandonné, je me suis détournée de la lumière pour retourner dans l’ombre si confortable et amicale. Mais le fait est que je n’étais toujours pas heureuse. Et c’est souvent dans ces petits moments de désespoir, que je me connectais à mon intériorité. Ainsi trouvais la force de faire un pas de plus vers mon bonheur.

Pour cette étape, tu peux la faire seule ou accompagnée par un professionnel (coach, thérapeute, énergéticien …) J’ai été voir une thérapeute après mon burn out. Pour ensuite cheminer essentiellement seule avec parfois des accompagnements ponctuels.

« Chacun sa route chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin »

Etape 3

Explorer ses passions. Ca veut dire quoi au juste ? Se demander ce qui te fait vibrer, te met en joie, te fait plaisir. Que ce soit des activités, des balades en forêt, des rencontres, manger une glace … les choses que tu aimes quoi. Les plaisirs simples de la vie. Je parle quand même de choses saines et positives, même si manger une glace sans excès de temps à autres me procure beaucoup de plaisir. Surtout si elle est vegan, bio, faite maison, éco-responsable … itou itou.

ça peut-être une crêpe 🤪

Chacun détermine ce qui lui fait plaisir. J’aime bien cette étape car on retombe en enfance, on se souvient de ce qui nous faisait plaisir. Si on avait toujours rêvé de faire de la danse classique et bien on s’inscrit à des cours, ou de la poterie, du rally … On teste, on cherche les choses qui nous mettent en joie. Enfin on découvre, explore le monde comme un enfant qui s’émerveille.

Etape 4

Apprendre à aimer la solitude « Ouhlalalaaaa né peur » encore ? Et oui la solitude ça fait peur et c’est mal vu. A chaque fois que je dit que je suis célibataire par choix et heureuse, avec toute ma sincérité, les gens me regardent de haut. Avec un regard disant « la pauvre, elle essaie de se convaincre qu’elle a besoin de personne ». Voilà, même quand tu transpires la joie de vivre, les autres se projettent sur toi. Donc ça sert à rien de leur montrer que t’es authentique car de toute manière ils ne le voient pas. Alors pourquoi être authentique ? Bah pour être heureux avec soi-même. MOUAHAHAHAHAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh Bah oui on a rien à prouver aux autres 😛

Donc les choses que tu aimes faire dans l’étape 3, tu les appliques en solo pour toi. C’est à dire te faire plaisir. Et ça veut pas dire ne plus avoir de vie sociale hein. Il s’agit d’apprendre à être heureux par toi-même sans les autres. Et ça va tout simplement améliorer tes relations car tu ne chercheras plus l’affection à l’extérieur de toi. Perso, un truc qui me fait vibrer c’est de faire de belles rencontres, avoir des conversations passionnantes et authentiques. Donc je l’intègre aussi dans mes hobbies sans chercher à le faire tous les jours. Du coup cela va venir compléter ma longue liste de truc trop cool que j’aime faire en solo.

Etape 5

Prendre soin de soi-même. Je vais pas détaillé car on le voit ensemble lors des ateliers individuels et ce serait trop long. L’idée, c’est de te traiter avec amour et bienveillance, au niveau des pensées, des habitudes physiques. Aussi au niveau alimentaires, faire un sport que tu aimes. Enfin méditer et prendre le temps de t’asseoir et te connecté à ton énergie d’amour intérieur. Prendre un bon bain chaud, se doucher en conscience. Puis se créer une routine santé & beauté pour honorer et aimer son corps. Ce sont des activités en solo ou l’on se connecte à son corps pour le chouchouter et aussi à son intériorité. S’aimer totalement sans se juger.

Etape 6

Se connecter à son énergie d’amour intérieur. C’est l’une de mes plus belles révélations dans mon cheminement d’amour de soi. Prendre conscience que je suis faite d’énergie, qu’il y a une source abondante d’amour en moi disponible H24, 7J sur 7. « Youhouuuuuuuuuuuuuuuu c’est trop génial ça ». La fameuse cuisine de Miguel c’est ça. Etre capable de se remplir d’amour soi-même pour ne plus chercher à se remplir grâce aux autres. De cette façon on peut boucher les trous de sa coupe, et la remplir jusqu’à ce qu’elle déborde. Et quand elle déborde, elle se déverse sur les autres d’où le fait de rayonner d’amour.

Etape 7

Profiter de la vie. Une fois qu’on a trouver sa recette du bonheur. Et qu’on est capable de se remplir d’amour tous les jours, on est heureux. Ca n’enlève pas les moments de peur et de douleur hein. Par conséquent, il y aura toujours des gens pour nous faire du mal tant que l’humanité n’aura pas appris à s’aimer. C’est ok, je pense qu’on se dirige vers ça, que oui ça va prendre du temps. En attendant, on peut devenir inspirant pour les autres en étant soi-même heureux et épanoui.

« Et c’est quand que je suis heureuse en couple alors ? » euh …. bah j’ai pas encore exploré cet aspect là tout simplement parce que je n’ai pas encore rencontrer d’homme qui soit au même niveau d’amour de soi que moi. Donc je dirai :

Etape 8

Vivre une relation de couple harmonieuse. Ne vivant pas cela moi-même c’est difficile d’en parler. Il existe très peu de couple dans le monde vivant cet amour inconditionnel car l’humanité est affecté par la dépendance affective. Selon moi, un couple harmonieux est possible si chaque individu est capable de vivre heureux sans l’autre. Le couple c’est la cerise sur ton smothie.

Quand tu es célibataire et heureuse c’est super ok parce que ta vie c’est de la bombe bébé. Et si quelqu’un arrive pour partager ce bonheur avec toi alors ce sera toujours aussi génial. Ce ne sera pas « PLUS » génial qu’avant car celui qui arrive, ne va pas changer ton bonheur. Chacun va s’adapter à l’autre certainement pour trouver une harmonie à deux, tout en gardant son harmonie individuelle.

Idéal du couple

Par contre il existe peut-être plus de couples qui trouvent tout de même une harmonie même s’ils ne sont pas encore en harmonie individuellement. J’en ai pas rencontrer pour le moment. Pour moi si deux personnes se parlent avec agressivité, s’envoient chacun leur poison émotionnel. Qui ne sont que l’expression de leurs blessures non traitées. S’ils trouvent un « compromis » peut-on dire qu’il y a harmonie ? Cela dépend de l’idéal de chacun sur la définition d’une relation harmonieuse. Pour moi elle est clairement définie par l’amour inconditionnel.

En tout cas, je n’ai plus peur d’être seule. Je ne souhaite plus dépendre affectivement des autres. De plus j’ai trouvé comment être heureuse par moi-même et, m’aimer inconditionnellement. Je sais m’occuper et me faire plaisir seul. En plus cela renforce mes relations avec les autres, quand ils sont dans cette démarche. Puis, je me suis libérée peu à peu de relations toxiques volontairement ou non. Je ne souffre plus de l’absence ou des silences de mes proches. Dès que je me sens seule ou que j’ai besoin d’amour, je m’abreuve à ma source intérieur en méditant. Puis je vais me balader dans un parc, je prend soin de moi d’une manière que j’aime.

En conclusion

J’ai envie de te dire que oui, on peut sortir de la dépendance affective et trouver le bonheur en soi. J’en suis la preuve vivante et je reviens de loin. Oui ça prend des années pour se transformer et on est pas dans une course. Alors pas la peine de se comparer à moi ou aux autres. Chacun avance à son rythme. J’ai galéré longtemps pour comprendre comment m’aimer et trouver ma recette qui fonctionne pour moi. Et je peux te donner un coup de main pour avancer vers cet objectif.

On arrive au bout, j’espère que cela va te donner des pistes pour trouver ton bonheur par toi-même. Si tu as besoin d’aide tu sais où me trouver 😉

Prend soin de toi, aime-toi, chouchoute-toi

💖💕 Bisouuuuuus 💕💖

☀✨ Daphné ✨☀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :