6 étapes pour guérir ses blessures émotionnelles

photo : Vivienne Mok

On remarque parfois … souvent, que l’on réagit de la même manière sur des sujets sensibles. Comme si on ne pouvait s’en empêcher. Et l’on finit par croire que l’on est comme ça et qu’on ne pourra jamais changer. Je pense que l’on peut tous changer, évoluer, s’améliorer pour tendre vers plus d’amour, de respect et de bienveillance envers soi et les autres. Cela ne veut pas dire renier ses vulnérabilités, ses côtés sombres, mais bien apprendre à vivre avec et les transformer en force.
D’où viennent nos vulnérabilités ? Ces schémas étrange automatiques ?
De nos blessures, bien sûr.

Qu’est-ce qu’une blessure ?

Et bien mon lapin, une blessure c’est la mémoire d’une douleur émotionnelle intense. Généralement la première qui a lieu pendant l’enfance ou parfois au stade de fœtus. Ce qui a été mon cas pour la blessure de rejet. Et cette blessure garde une trace dans nos corps émotionnel, mental et physique.

A partir de nos blessures originelles, nous allons développer un système de défense pour éviter de revivre cette intense douleur. C’est ainsi que naissent une partie de nos schémas égotiques à travers des masques sociaux prévus pour nous protéger et cacher notre authenticité.

photo : Ryan McGuire

La difficulté d’avoir des blessures

Le problème de ces blessures, c’est que tant qu’on ne prend pas le temps de les soigner, elles restent présentes. Nous faisant toujours revivre les mêmes peurs jusqu’à ce que le travail de cicatrisation soit fait. On peut donc passer sa vie à fuir ses blessures, à souffrir. En se racontant tous les jours qu’un jour ça ira mieux tout seul et qu’il n’y a rien de mieux à faire que de porter ses masques, contrôler chaque attitude et chaque parole pour plaire aux autres, on croit éviter de s’attirer leur critiques.

Ainsi, on se crée des croyances limitantes auxquelles l’égo s’identifie, créant une barrière d’expulsion à toute douleur. Puis nous croyons qu’elle a toujours été là et qu’on ne pourra jamais l’extraire, créant ainsi une perpétuelle non-acceptation d’expériences.

Ok alors on fait quoi madame je-sais-tout ? 🙄

Que faire de nos blessures ?

Cela commence par une prise de conscience de leur existence, puis leur acceptation, se donner de l’empathie et enfin trouver les moyens de les guérir. Rien que ça ahahahaha 😂 Ca à l’air tellement simple dit comme ça et pourtant j’ai mis plusieurs années pour cicatriser. Sachant que parfois j’ai encore mal donc le travail n’est pas totalement terminé.

photo : PDPics

Alors oui ma chérie, cela veut dire vivre en conscience des expériences pénibles, désagréables que tu ne choisiras pas, pour revivre tes blessures jusqu’à ce que soit guéri. Et ça va te prendre du temps, c’est certain. D’ailleurs je tiens à préciser que le terme « cicatrisation » est choisi pour illustrer cette guérison, dans le sens où la blessures laissera tout de même une trace. L’écho d’une blessure lointaine pour te rappeler qu’elle a existé. Cependant, une fois cicatrisé, tu auras développer suffisamment de confiance et de force en toi pour les traiter rapidement avec une douleur plus faible.

En tout cas , c’est ce que je remarque chez moi alors je me dit que ça donnera un résultat similaire chez toi. Ce qui est essentiel dans ses expériences désagréables, c’est d’accepter leur présence, les voir comme une expérience et surtout l’opportunité de guérir, d’aller vers plus d’apaisement et d’amour pour soi.

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

Ecrit par Lise Bourbeau, ce petit livre est un très bon moyen de reconnaître ses blessures, ses schémas associés et les comportements que l’ont revêt lorsqu’une blessure est activée.

Rejet

Celui qui se sent rejeté ne croit pas à son droit d’exister. Il porte le masque du « fuyant », il a peur de paniquer. Les croyances limitantes associées sont du type « je ne vaux rien ». Il a une estime de lui faible, ne sais pas reconnaître sa valeur. Il se juge sévèrement d’être nul et sans valeur. Souvent isolé, il se sent incompris et différent des autres.

Abandon

Celui qui se sent abandonné ne se sent pas soutenu par son entourage. Il a manqué d’amour et d’affection chaleureuse et porte le masque du « dépendant affectif ». Ma blessure principale. Il a peur de la solitude. Ouf j’ai bien bossée dessus 😁. Ces personnes se sentent tristes sans raisons. Je confirme et c’est pénible de se réveiller en forme avec un sentiment de tristesse envahissant. Elles développent une attitude de victime pour attirer l’attention en plus d’avoir la particularité de fusionner avec les autres.

photo : Freephotos

Humiliation

Cette blessure que je connais mal, concerne les personnes ayant souffert d’humiliation de la part d’un parent. Son espace personnel a été brimée par une attitude méprisante et a provoqué de la honte envers son corps et/ou son être. Son masque est celui du « masochiste », ici entendre se faire du mal pour se sentir bien en écho à la blessure originelle, avec pour peur principale : la liberté (d’être soi-même). Ces personnes se sentent souvent jugées avec un côté sauveur de l’humanité mais refusant qu’on prenne soin de lui. Souvent, ces personnes ont un blocage au niveau de leur sexualité et de la notion de plaisir des sens.

Trahison

Souvent déçu dans l’enfance et ayant rarement vu ses attentes d’amour comblées, il a pu se sentir trahi ou manipulé par un parent provoquant une perte de confiance envers l’autre. Ainsi apparaît le masque du « contrôlant » (ça me rappelle quelqu’un 😂) associé à la peur de la séparation. A l’image de son masque, ces gens tentent de tout contrôler, surtout les relations et l’image que l’on renvoie. Je peux t’assurer que c’est épuisant, cela provoque beaucoup de frustration, d’insatisfaction et de mal être.

Injustice

Ayant souffert des attitudes froides de la part d’un parent, l’enfant s’est rapidement coupé de ses émotions et de sa sensibilité pour développer une aptitude à « être parfait ». Reniant ainsi son authenticité avec le masque du « rigide » et la peur de l’indifférence. C’est une personne secrète qui montrera une image « parfaite » accompagné d’un « tout va bien ». Il a une forte tendance à l’optimisme excessif et même au positivisme toxique puisqu’il rejette ce qui ne va pas bien.

“ Il n’y a pas de méchants dans ce monde, seulement des souffrants ”

Lise Bourbeau

6 étapes pour guérir ses blessures

Accepter ses côtés sombres

Se pardonner d’en avoir voulu à quelqu’un, accepter d’avoir eu des jugements négatifs. Accepter d’avoir ressenti de la haine et du rejet envers quelqu’un et aussi soi-même. Accepter la présence de notre égo (enfant blessé cherchant à avoir le contrôle sur notre attitude et entretenant nos masques)

⭐Accepter l’expérience que l’on vit

Accepter de vivre ces moments pénibles et désagréables. Accueillir ses douleurs émotionnelles au lieu de leur résister ce qui amplifie notre souffrance.

⭐Se donner de l’empathie

Accueillir sa souffrance, son enfant intérieur blessé, se donner de la tendresse et de l’amour au lieu d’entretenir des pensées agressives envers soi et les autres. Je sais c’est pas facile, surtout quand quelqu’un appuie inconsciemment là où ça fait bien mal.

Prendre un bain c’est aussi se donner de l’empathie 😂
photo : Roadnae production

⭐Rentrer en contact avec son enfant intérieur

Comprendre d’où vient la blessure. Parfois même revivre des expériences douloureuses passées pour nettoyer le corps émotionnel. Se pardonner et pardonner à ses parents car ils ont fait de leur mieux.

⭐Trouver sa force en soi

Avoir le courage d’affronter ses moments désagréables. Plonger en soi pour se connecter à sa source d’amour. Se rappeler qu’en allant à la rencontre de nos blessures, en acceptant la douleur associées à elles, est un moyen de guérir et de diminuer leur impact émotionnel sur nous.

photo : Freephotos

⭐Oser être authentique

Oser s’affirmer, être soi-même, ressentir des émotions désagréable, avoir un égo parfois pénible, et aussi une belle lumière d’amour intérieur qui ne demande qu’à se révéler.

J’espère que tu trouveras des clés pour commencer un travail de guérison sur tes blessures émotionnelles. Bien sûr, un accompagnement par un professionnel est aussi recommandé afin d’affiner tes techniques de guérison. Ce travail est long et au bout de quelques années on finit par voir quelques résultats. Le détachement face aux événements douloureux provoque un peu plus d’apaisement.

Prend bien soin de toi, de ton enfant intérieur, entoure toi de tes amies Patience et Persévérance et n’oublie pas d’être heureuse 😁

💖💕 Bisouuuuuus 💕💖

☀✨ Daphné ✨☀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :