Oser regarder ses parts sombres

photo : Vivienne Mok

Partir à la rencontre de ses parts sombres, les explorer, oser les regarder en face demande du courage. J’ai mis plusieurs années pour les appréhender. Même dans mes rêves j’avais peur, je me sentais vulnérable et je refusais de les accueillir comme faisant partie de mon soi. Pourtant, elles font parties de notre identité, de notre expérience de vie.
Elles nous complètent, il n’y a pas d’ombre sans lumière. En refusant nos sombres côtés, on se condamne à un déséquilibre et à être malheureuse.
J’ai mis du temps pour le comprendre. Et le conscientiser m’a aidé petit à petit à accepter mes parts d’ombre. Non pas comme identité globale mais bien comme un aspect de moi complémentaire à ma lumière.

Assumer ses aspects toxiques

Oui c’est un peu trash, mais appelons les choses comme elles sont. Et nos parts d’ombre sont toxiques pour nous-même et pour les autres. Oui certaines personnes ont des ombres plus grosses que d’autres. C’est simplement qu’elles n’en ont pas encore conscience. Ou bien refusent de changer quoique ce soit car ce serait sortir d’un confort quotidien plaisant.

« Chacun sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin »

Chacun de nous avance à son rythme pour évoluer, se défaire de l’égo, de ses schémas toxiques pour aller vers son authenticité et incarner pleinement ses énergies d’amour.

Toxicité multiple

Que ce soit des paroles désobligeantes envers soi, des « plaisanteries » cachant un reproche, des messes basses, des gaffes un peu agressives réagissant à nos émotions, des propos sarcastiques, un peu d’hypocrisie, de la jalousie … la toxicité possède plusieurs visages exprimant toujours de la douleur et de la peur.

photo : Stefano Pollio

Comprendre sa toxicité

Une fois que l’on ose analyser ses comportements toxiques, on commence à retrouver un peu d’humilité. En comprenant bien leurs fonctionnements et leurs origines, les peurs et le désamour de soi qui se cachent bien derrière, on ressent pour soi de l’empathie. Puis on a envie de se réconforter, de se cajoler, de s’apaiser et de se donner beaucoup d’amour. C’est alors précisément à ce moment là que nos schémas diminuent puisqu’ils n’ont plus besoin d’être le plus gros possible afin que nous les regardions. Ils s’amenuisent tout seul car on a trouvé le courage de les regarder. Oui, ces côtés sombres font partis de notre authenticité, c’est pourquoi nous avons besoin d’eux pour se sentir complet et équilibré.

Un peu de justesse dans notre côté obscure

Dans le livre fabuleux de Lilian Glass « Ces gens qui vous empoisonnent l’existence » l’auteur explique avec justesse nos comportements toxiques. Elle en énumère 30 avec beaucoup d’humour et comment y faire face. A lire avec discernement, même si tu vas d’abord reconnaître un grand nombre de personnes autour de toi à travers ses “terreurs toxiques”. N’oublies pas que toi-même tu en possèdes 😉💕. En évitant de s’auto-flageller, de se culpabiliser d’être un monstre abominable, remettons les choses rapidement dans leur contexte.

Enfant blessé

Nous sommes tous des enfants blessés qui portons des blessures émotionnelles profondes. Nous avons imité les schémas toxiques des adultes de notre entourage car eux-mêmes ont été fortement blessés dans leur enfance. Notre côté obscure est donc un système de défense intelligent visant à écarter toute souffrance dans notre vie. Ce qui malheureusement entretient paradoxalement notre souffrance intérieur.

Oser être authentique

C’est en trouvant le courage de revivre nos blessures, nos traumatismes émotionnelles que nous seront en mesure de les guérir. C’est une étape clé vers l’amour de soi. Et comme ça fait très peur, je peux t’accompagner dans ce processus l’ayant moi-même déjà expérimenté en plusieurs fois 😁. Explorer nos parts d’ombre nous mène vers l’humilité, la complétude puis la compassion.

Mont top 5 des schémas toxiques

Voici une liste de mes schémas toxiques préférés et que je connais bien pour les avoir développé 🤪. Depuis je me suis soignée donc ils apparaissent moins souvent, ouf … C’est partiiiiiiiiii

Le plaisantin

Mon préféré parmi les 30, celui qui m’insupporte le plus, un comportement malheureusement très … trop répandu à mon goût. Des gens qui t’envoient des gifles gratuites en pleine figure parce qu’ils n’assument pas le fait de te détester parce que tu es géniale. Ils te font passer ça pour des « plaisanteries », des reproches empoisonnés déguisés en chocolat pour mieux te faire du mal. Et la cerise sur le smoothie, c’est qu’ils te disent qu’ils plaisantent, que tu n’as pas d’humour en glissant un soupçon de culpabilité.

Bien qu’ils traduisent un énorme manque de confiance en soi, de capacité à exprimer leurs émotions. Ils fuient leur vulnérabilité en relation directe avec des blessures initiales. Rejet, abandon, humiliation, injustice, trahison. C’est pourquoi le plaisantin est aussi pénible. Sachant ça j’ai encore du mal parfois à ressentir de l’empathie et de la compassion pour ces gens là tellement ils peuvent être méchant. Pourtant j’ai aussi pratiquer la plaisanterie toxique 😆. Cependant j’aspire à être tolérante et compassionnelle envers ceux qui en ont le plus besoin donc je m’améliore doucement 🙃

voilà comment je l’imagine … effrayant et tête à claque 😂

Chaque fois que vous entendez  » Ce n’était qu’une plaisanterie » sachez qu’en réalité on vous dit : « Je ne plaisante pas : j’éprouve du ressentiment, de l’insécurité ou de la colère » et cela n’est vraiment pas une plaisanterie

Lilian Glass

Le moulin à parole

Je l’ai bien connu celui-là 😂. My god, l’égo a tellement peur de mourir que parler pour ne rien dire est une façon pour lui d’exister. Au secours, qu’est-ce que j’ai pu me soûler toute seule dans ma tête ahahahahhahaaa. C’est cette personne qui ne peut s’empêcher de tout ramener à elle, surtout quand tu partages un moment désagréable, elle te coupera la parole pour te dire qu’elle a vécue bien pire. Ces personnes parlent constamment pour meubler, les conversations et sont allergiques aux silences 😱 Mais qu’il ferme sa g**** !!!! voilà ce qu’on peut éprouver à leurs côté.

Le je-sais-tout

Combiné au moulin à parole c’est une catastrophe 🤪 je l’ai eu aussi … OUUUUUUPS et j’ai eu un ami comme ça aussi donc on s’entendait à merveille. Puis je me suis calmée, j’ai appris à méditer, écouter, parler quand c’était nécessaire 😌

Alors pourquoi j’étais insupportable ? Couper la parole aux autres pour ramener sa science. Ou bien tout simplement parler de mes dernières lectures dont tout le monde se fiche pour avoir l’aire intelligente. Susciter l’admiration d’autrui pour combler mes trous affectifs. Chaque schémas est vraiment relié à des peurs, des blessures et du désamour de soi. Ca aide à ressentir de la compassion pour soi et les autres au lieu de fuir et rejeter. Ce que j’ai pratiqué aussi à un moment .

photo : Gerd Altmann

Le critique

OH … my god, je l’ai bien pratiqué aussi que ce soit envers moi et les autres. J’avais besoin de critiquer et rabaisser les autres pour ne pas me sentir aussi nulle et merdique que ce que je pensais. Le critique fait tout pour avoir raison et te faire sentir que tu as tort. Il projette son mal-être sur toi et n’hésite pas à y aller franchement.

Ce n’est pas personnel, c’est vraiment une stratégie pour montrer qu’il se sent mal et qu’il a besoin d’amour. Sauf que bien sûr le message n’est pas clair et ne passe pas du tout (comme le plaisantin d’ailleurs). Il cherche toujours ce qu’il ne va pas pour te faire sentir que tu ne vaux rien. Enfin, Le critique ne pose pas de question, il accuse direct. Et même si c’est pas de ta faute, il va te sortir des arguments solides pour te prouver que c’est bien to. Et parfois sombrer dans la paranoïa. Le paranoïaque est aussi une autre terreur toxique.

La victime

Je suis restée loooooooongtemps dans ce schémas toxique notamment pendant l’adolescence et ma dépression précédent le burn out. Pourtant je ne supportais pas les gens qui se plaignaient tout le temps, mous à subir leur vie. On me montrait un schémas que je possédais moi-même, mais je ne voulais pas le voir car il m’était insupportable.

C’est en explosant que j’ai enfin vu la réalité. La victime se plein et se rabaisse tout le temps pour attirer l’attention de son entourage. De plus elle pompe toute l’énergie qu’elle peut et est une adepte du « oui, mais ». Elle est convaincue de subir sa vie, que ce sera toujours comme ça. Elle attend en fait des autres qu’ils la sortent de cet état. Enfin, c’est toujours la faute des autres si rien ne va dans sa vie qu’elle trouve d’ailleurs injuste. Son deuxième nom c’est … Caliméro.

« La vie est trop injuste »

J’ai fait le tour de mon top 5. Si tu as envie d’en savoir plus je t’invite à lire le livre, tu vas découvrir un tas de chose sur toi. Même si c’est pénible, avoir le courage de regarder ses attitudes toxiques t’en libérera. De plus, cela t’aidera à avoir plus d’amour et de compassion pour toi-même et les autres.

Je t’envoie de l’amour, du positif, prend soin de toi. Te tracasse pas trop longtemps sur tes schémas toxiques. L’essentiel est de t’aimer entièrement comme tu es.

💖💕 Bisouuuuuus 💕💖

☀✨ Daphné ✨☀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :