10 conseils pour apprendre à s’aimer

Me voici de retour pour te partager des conseils afin d’apprendre à s’aimer. Tu le sais l’amour de soi c’est mon dada. Je le vis chaque jour. Cela ne m’empêche pas de m’en prendre plein la tronche, de voir des gens toxiques et d’avoir des soucis du quotidien. Cependant je le vis mieux car grâce à ses conseils j’ai pu développer une force intérieur pour vivre mes tracas avec plus de relativité et de sérénité.

Pourquoi apprendre à s’aimer ?

Notion d’amour de soi

L’amour de soi c’est prendre conscience de sa part divine intérieure. Cette énergie d’amour inconditionnel qui selon moi est notre essence. Notre capacité à aimer débute avec l’amour qu’on se porte. C’est à dire aimer son corps, sa personnalité, ses travers, ses qualités, ses défauts…

Accepter toutes ses facettes même les plus sordides. C’est aussi se donner de l’empathie lorsque nous réalisons que nous avons des parts sombres peu glorieuses.

S’aimer à chaque instant, se pardonner d’être imparfait car c’est là que réside notre lumière divine.

s'aimer gateaux
Photo : Karley Saagi

Se sentir bien au quotidien

Apprendre à m’aimer a été mon salut. C’est ce qui m’a permise d’être heureuse chaque jour. De vivre mieux les moments douloureux de ma vie. Et m’apporter sérénité dans un quotidien qui part en noisette.

Grâce à ce processus, j’ai développer en moi un soutien et une force pour affronter le monde parfois peu sympathique dans lequel nous vivons.

Trouver le bonheur

Le bonheur ne se trouve toujours pas à l’extérieur de soi. Toujours pas dans des voyages, ni des restaurants, ni de beaux objets inutiles. Bon quand un objet est utile ça fait plaisir qu’il soit beau mais bon c’est pas le plus important 😆.

La vie m’a conduite a trouvé le bonheur à l’intérieur de moi. Et apprendre à m’aimer a été le chemin pour ça. Donc voilà, je le redis ici aussi, le bonheur est intérieur. J’insiste pour que ça rentre 😜.

s'aimer vie
Photo : Natasha Fernandez

S’aimer est essentiel

Si j’insiste autant sur le bonheur intérieur c’est parce qu’il n’est accessible que si l’on apprend à s’aimer. L’amour de soi réveille notre flamme intérieur et on se rend compte que c’est uniquement de cette façon que l’on peut être heureuse.

J’ai compris aussi grâce à l’amour de soi que le reste est secondaire. L’essentiel réside dans l’amour pour soi-même, le bonheur intérieur. Quand on n’a plus peur de perdre ses proches ou ses possessions on devient une puissante lumière divine. En effet, s’aimer c’est aimer aussi ceux qui nous entourent. Et quand on développe cette faculté, on aime l’humanité.

Pourquoi on se déteste autant ?

Quand je parle du fait de s’aimer, cela semble simple au premier abord. Pourtant on voit bien autour de soi que c’est très difficile de s’aimer véritablement sans condition.

L’égo est installé dans nos pensées à jouer les mêmes vieux disques rabaissant et méprisant. Voici un aperçu des différentes stratégies tragiques qui nous empêchent de nous aimer pleinement.

Comparaison

Celui-ci me donne encore du fil à retordre. Je n’arrive pas à m’empêcher de me comparer aux autres dans mes capacités, mes performances ou mon physique 🙄. Ca me désole je l’avoue. En avoir conscience me permet de mieux vivre avec cette tendance heureusement.

Ensuite, je ressens beaucoup cette compétition entre moi et le reste du monde. C’est tellement ancré dans mon esprit que parfois je me demande si j’arriverai à me débarrasser de cette tendance.

Et puis je me rappelle de mes enseignements. Que quoiqu’il arrive, je m’aime. Même avec cette tendance, je suis digne d’amour. Et cela m’évite de culpabiliser et me martyriser par la pensée. Ce qui est un des objectifs de notre égo : nous faire du mal.

Jugement

Très proche de la comparaison, nous nous jugeons en permanence. Dans ces moments là et bien on est plus du tout dans l’amour de soi. Une arme puissante pour nous faire oublier que nous sommes tout amour.

Je passe encore du temps à commenter les autres surtout sur leur psyché. Comme c’est mon métier j’observe les schémas égotiques et les blessures de chaque personne que je rencontre. Parfois je fais des analyses complètes pendant des heures et ça m’épuise. Ok, je suis bonne dans ce que je fais, mais j’ai aussi envie de profiter de mes relations au lieu de juger ce qu’il ne va pas.

Dénigrement

Se rabaisser, se dévaloriser fait parti des stratégies récurrentes de notre esprit trompé par l’égo. Et en prime, on le projette généralement à l’extérieur de soi. Donc on se met à médire pour dévaloriser nos semblables. Donnant ainsi l’illusion de se sentir mieux et supérieur à cet instant.

Si tu vois de quoi je parle, honnêtement est-ce que cette satisfaction dure longtemps ? NON, c’est pourquoi on doit répéter cette action le plus souvent possible. Ce qui nous rend assez détestable aux yeux des autres. Et comme on participe tous à cela, tu imagines dans quel pétrin on s’est enfermé 😅.

Les interprétations rabaissantes

Quand on prend personnellement les paroles rabaissantes des autres, on entretient ses vieux disques toxiques intérieurs et on ne s’en sort plus. C’est fatiguant, l’énergie baisse, on déprime. Le nombre de fois où j’ai déprimé parce que je me trouvais moche et nulle est immense.

Il n’y a pas si longtemps, j’ai eu encore un coup de blues sur mon physique. Et oui ça m’arrive encore de temps à autres. J’ai compris que je devais simplement nourrir mon besoin de beauté en me maquillant un peu. Et ça a marché 😂. Parfois les solutions sont simples.

Sensible à la critique

Je suis encore un peu sensible à la critique et aux conseils non demandés. Ouai, c’est pas glorieux mais je me soigne. J’ai surtout compris que les critiques ont le pouvoir que je leur donne. Donc en réalité, les critiques externes viennent résonner avec mes critiques intérieurs. Elles valident salades rabaissantes que je me raconte.

C’est d’ailleurs un très bon indicateur. Quand je reçois des piques extérieurs et que cela ne me touche pas, je me rend compte que je ne valide plus ce qui est dit. C’est d’ailleurs le bon moment pour faire une danse de la victoire et me congratuler d’avoir réussi à me débarrasser d’une croyance toxique 🥳.

Le mode victime

Bienvenu dans le triangle de Karpman où il est difficile d’échapper aux rôles de victime, bourreau et sauveur. Cela demande un long travail sur soi pour rester vigilant quand on endosse un de ses costumes.

Le statut de victime nous invite à se dénigrer, chouiner pour un rien et blâmer le monde. Car oui c’est plus facile que de prendre ses responsabilités. Et n’oublions pas que l’égo est un gros bébé, du coup il adore le mode victime. Ces énergies tirent vers le bas et ne nous aide pas à nous aimer.

s'aimer tapis
Photo : André Moura

Se prendre pour une carpette

Un bon indicateur d’un manque d’amour de soi, d’estime de soi et de confiance en soi c’est le mode carpette. Je l’ai bien connu aussi. Faire plaisir aux autres, éviter de s’affirmer au d’exprimer ses opinions, fuir les conflits… Une tragédie selon moi.

Etre un tapis sur lequel l’humanité va essuyer ses pieds c’est la porte ouverte à la maltraitance psychologique et physique. On attire à soi des personnes toxiques qui vont en profiter tant qu’on n’apprend pas à dire non et poser ses limites.

S’identifier à ses défauts et ses maladresses

S’identifier à ses imperfections c’est créer la croyances qu’elles sont entièrement ce que nous sommes. S’aimer c’est apprendre à se détacher de notre égo, notre personnalité. Bref tout ce qui n’est pas notre lumière divine n’est pas notre identité véritable pour moi.

Ca à l’air perché dit comme ça, je le reconnais. Je veux te dire que tu es plus que tes petits défauts insignifiants. En prenant du recul sur tes maladresses tu créeras des croyances bénéfiques, ce qui te rendras plus fortes pour assumer tes mignons petits travers de rien du tout 😚.

Les défauts ne nous définissent pas, il font partis du package humain et on apprend simplement à vivre avec. S’aimer c’est justement se connaitre et se détacher de notre humanité et se focaliser sur sa lumière intérieure.

10 conseils pour apprendre à s’aimer

Changer de regard sur soi

Oui ça fait cliché mais c’est un point important. Se donner les moyens de s’aimer commence par faire l’effort de le vouloir. Pour cela, je t’invite à changer de regard sur toi-même. Avoir plus d’amour et de compassion pour toi. Je suis passée par là aussi, c’est très inconfortable au début car on est habitué à se détester. Je te confirme que ça marche avec patience et persévérance.

Apprendre à se respecter

Celui-ci je te l’accord il est compliqué. Surtout qu’on a tous des mots qui nous touchent plus particulièrement, ainsi que des sujets. On ne vit pas le respect de la même façon. On se sent souvent agressé par des maladresses, des incompréhensions, des actes étiquetés de toxiques… Se sentir respecter des autres est très compliqué je trouve.

Je te recommande 5 choses simples :

  • S’affirmer
  • Apprendre à dire non
  • Clarifier ses limites et les exprimer
  • Eviter les personnes toxiques
  • Se détacher de ce que l’on considère comme irrespectueux (ouai je sais pas facile).

Pour le dernier point, j’aimerais ajouter que quand on prend les choses personnellement, on se fait souffrir soi-même. De mon expérience, quand je suis face à quelqu’un qui dit ou fait quelque chose que je considère comme irrespectueux, le mieux étant de l’exprimer sans blâmer. Juste dire « pour moi, ce mot est douloureux, voilà comment je me sens… peut-on trouver un autre mot équivalent qui nous conviennent à tous les deux? » par exemple. Puis s’assurer que la personne en face ne le prenne pas mal non plus. Et surtout lui confier notre intension d’améliorer notre relation.

Accepter sa dualité (ombre et lumière)

Apprendre à s’aimer revient à aimer sa dualité. Nos parts dans l’ombre et celles dans la lumières coéxistent dans ce monde matériel et font parti de notre humanité. On ne peut pas vraiment passer à côté. Je le vis au quotidien, accepter les deux côtés de notre humanité nous mène à la paix.

Attention, accepter ses travers ne signifie pas les incarner au quotidien. Mes points communs avec des humains défaillants comme des gouvernants aux intentions néfastes ne veux pas dire que je vais agir comme eux dans l’extrême. Il s’agit d’accepter qu’il existe en moi une part qui comprend ces motivations et que cela m’est arrivé de ressentir de la haine profonde pour des gens. Pour autant, je ne vais pas les éliminer ou leur faire du mal intentionnellement.

En fuyant ces facettes peu glorieuses, je me fais du mal car je renie une partie de moi qui a seulement besoin d’être acceptée. S’aimer intervient au moment où je l’accepte entièrement et que j’apprends à aimer chaque partie de moi-même.

s'aimer fleur
Photo : Cup of couple

S’efforcer de changer en douceur

Je fais une différence entre se forcer et s’efforcer. Se forcer induit une douleur et un non consentement. Alors que s’efforcer demande un effort consenti vers le changement. C’est inconfortable mais notre volonté d’y arriver est présente. Comme le changement de croyance est compliqué, il n’est pas encore naturel pour chacun de nous de s’aimer totalement. Donc on y va progressivement, en douceur et avec beaucoup d’amour.

Calmer son juge intérieur

Chacun fera de son mieux car cette part débite un grand nombre de jugements à la minute 🤪. Déjà prendre conscience de la majorité des jugements que l’on peut avoir est un travail fastidieux. Ca demande du courage.

Sans pour autant devenir obsessionnel, observer ses jugements avec empathie et accepter qu’on en a beaucoup t’aideras à respirer et moins te mettre la pression. Je suis tombée dans ce piège et j’y tombe encore de temps en temps. S’observer ne signifie pas partir à la chasse de tous tes travers et te flageller à chaque schémas.

Diminuer les pensées rabaissantes

L’objectif est de remplacer nos pensées méprisantes par des pensées plus bénéfiques à notre sujet pour enfin s’en détacher totalement. On change de disque petit à petit pour apprendre à s’aimer comme on est. Et cela ne nous empêchera pas de tendre vers une version de nous-même plus divine, alignée à notre lumière.

s'aimer mots
Photo : Olya Kobruseva

Entretenir une image de soi saine

Il va falloir aussi faire des changements sur ta façon de te voir. Et je sais Ô combien cela peut être difficile d’aimer son physique et l’image que l’on renvoi. Surtout quand on s’inquiète comme moi de ce que les autres pensent. Bon je m’améliore hein, j’arrive à m’en détacher mais pas encore totalement.

Dison que j’hésite pas à faire ce qu’il faut pour m’aimer quand j’ai des coups de mou. A commencer par me donner de l’amour et de l’empathie parce qu’aujourd’hui je n’arrive pas à me trouver au top. tu verras que c’est tout à fait normal d’avoir ces moments de downs. Donc pas de panique, s’aimer dans ces périodes c’est de l’amour de soi.

Oser être authentique

On arrive à un niveau plus haut de développement personnel, trouver ce qui nous rend authentique et l’incarner. Oui mon kiwi, je perçois ton inquiétude. La peur du rejet qui remonte à la surface. Les schémas égotiques qui se manifestent pour ne surtout pas aller sur cette voie. Libre à toi de continuer ou pas.

Personnellement c’est une chose très bénéfique dans ma vie d’être moi-même. Cependant, j’ai encore peur parfois des « qu’en dira-t-on », de l’image que je renvoi et bien entendu d’être rejetée ou mal aimée. J’apprends à vivre avec cet inconfort et je m’autorise à être convenable pour m’adapter à mes semblables.

Apprendre à se valoriser

Encore plus difficile, se valoriser en acceptant cette part qui a peur de faire de l’ombre avec sa lumière. encore une croyance limitante totalement fausse et inventée par notre égo pour ne jamais se connecter à notre lumière intérieure.

Chacun de nous est une boule d’amour, un rayon de soleil qui a le droit de briller et comme la vie est abondante, il y a de la place pour que tout le monde brille de manière infinie. On nous a conditionné à croire que nous ne valons rien, que nous sommes du bétail bon à engraisser de riches milliardaires avares et cruels (tu peux ne pas être d’accord avec cela).

Je pense que nous sommes bien plus que des êtres humains et que notre vraie valeur réside dans cette lumière divine intérieure. Se valoriser c’est accepter notre magnificence et l’incarner grâce aux valeurs du coeur.

s'aimer roses
Photo : Karolina Grabrowska

Surmonter ses vulnérabilités et ses peurs

C’est le travail de toute une vie et même plusieurs pour ceux qui croient à la réincarnation de l’âme. Ainsi, accepter ses vulnérabilités, affronter ses peurs pour les dépasser et vivre plus sereinement fait parti de l’apprentissage. En faisant cela, on se découvre et on apprend à aimer tous les aspects de soi.

Pour finir, je suis ravie d’avoir partagée de nouvelles astuces pour apprendre à t’aimer. J’espère que cela t’aidera à ajuster ton quotidien pour te créer encore plus de bonheur.

Prends soin de toi de tes pensées. Tant que tu avances vers l’amour de soi, tu peux être sûr de construire ton bonheur un peu plus chaque jour.

💖💕 Bisouuuuuus 💕💖

☀✨ Daphné ✨☀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :