Comment bien vivre avec sa colère ?

photo : Vivienne Mok

AAAAAAAhhhhhhh 😌 … Les émotions. Dans cet article je vais m’attarder sur la colère. Une émotion effrayante et mal comprise qui se trouve être vitale pour notre intégrité. A ressentir avec parcimonie, elle nous donne des informations très utiles sur ce qu’il se passe à l’extérieur de nous.
Moi-même j’ai été effrayée par cette émotion, souvent dans l’incompréhension et je refusais toujours de la ressentir. Pire, j’étais tellement mal à l’aise à côté d ‘une personne qui la vivait que je me mettais à paniquer. Je lui demandais de se calmer ou je prenais la fuite. Heureusement, j’ai eu la curiosité suffisante pour m’y intéresser afin d’être très confortable avec elle.

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Les émotions font partis de notre humanité. Selon moi, notre évolution nous amène à apprendre à les conscientiser, minimiser notre ressenti et nos réactions. C’est à dire, les vivre instantanément sans réagir comme un enfant de 4 ans. D’ailleurs, notre enfant blessé intérieur est directement relié au cerveau reptilien qui nous fait réagir de manière impulsive et intense à des événements extérieurs.

Un message utile

De manière simple, les émotions sont des pensées avec un + ou un -. Des messages envoyés toutes les 2 min pour nous informer de notre état intérieur en résonance avec ce qu’il se passe dans nos pensées et à l’extérieur de nous, perçu par nos sens.

Les émotions sont là pour nous faire réagir, nous mettre dans l’action apprendre à « survivre » sur Terre. Elles nous aident à nous adapter, façonnent notre comportement à travers des leçons pour rester en vie.

Photo : Andrea Piacquadio

On ne peut pas les éviter

On remarque que nos émotions sont présentes tout au long de notre journée. Elles se réveillent pour des petits rien du quotidien. Et aussi pour des événements traumatisants comme la perte d’un être cher.

Nous informer sur ce qu’ils se passent à l’intérieur en réponse à ce qu’il se passe à l’extérieur et ainsi se mettre dans l’action pour satisfaire nos besoins. Un kit de survie, un guide de vie complexe et sophistiqué pour rester le plus souvent possible dans une joie sereine.

Qu’est-ce que la colère ?

La colère apparaît suite à une accumulation de frustrations, d’irritations parce que notre besoin d’intégrité, d’être considéré n’est pas nourri. On le ressent aussi comme un manque de respect du à des injustices, des trahisons, des incompréhensions, des culpabilisations.

Elle traduit aussi, un manque ou une blessure, indiquant notre degré d’anxiété et de stress. Souvent nos colères sont vécues et exprimées de manière démesurées à force de cumuler des frustrations internes et de les « ravaler ». Ce qui crée un envahissement émotionnel courant et dévore nos énergies.

Et un jour ça explose 💥🔥

Effets toxiques

La colère existe en nous longtemps avant de se manifester, c’est pourquoi il est important d’apprendre à l’identifier dès les premiers germes pour ne pas la laisser s’installer en nous et se développer, pour finir par nous « posséder ».

Sur le long terme elle provoque des déséquilibres physiques et psychiques trop agressifs. Elle génère d’abord du stress et de l’anxiété en continue, puis des maladies légères, ensuite plus graves puis chroniques.

Exprimer sa colère

Se couper de nos émotions c’est se couper de soi, des autres et du monde. En somme de son humanité donc c’est se faire beaucoup de mal et perdre son élan de vie.

Il est légitime et sain d’exprimer sa colère pour délimiter son individualité avec les autres et ainsi mieux vivre ensemble. Développer des relations sur un pied d’égalité au lieu d’être dans un rapport domination // soumission.

Défendre son intégrité

Elle peut être utile car elle nous montre un déséquilibre d’intégrité psychique ou physique. Elle permet de délimiter notre « jardin intime » en tant qu’individu et de l’affirmer auprès des autres. Dans la mesure où on le communique et on y permet l’accès à des personnes dites familières.

Grâce à la colère, on est en mesure d’observer les pont entre le corps et l’esprit, à faire de même avec nos autres émotions, les vivre avec moins d’intensité et donc d’apaiser notre esprit et vivre plus sereinement.

Le but est d’arriver à vivre nos colères instantanément de manière juste et saine pour soi et les autres. Les exprimer dans l’amour et la non violence. Minimiser l’intensité de nos émotions nous amène à être authentique et mieux communiquer dessus.

« Reconnaître ses souffrances nous donne la force d’aller à leur rencontre pour aller à leur rencontre »

Marc Pistorio
Photo : Uncoveredlens

Comment diminuer sa colère ?

Observation

Essayer d’observer sa colère et la reconnaître dans un premier temps. Exercice difficile puisque habituellement on est submergé par elle. Mais salvateur.

Acceptation

Eviter de juger sa colère et celle des autres. Oui je sais c’est duuuuur, tu fais de ton mieux à chaque fois et tu verras que petit à petit tu t’amélioreras 😁.

Exprimer sa colère avec justesse

Parfois une agressivité juste est nécessaire. Toutefois essayons de rester sobre et non violente 😅. La colère peut s’évanouir quand on accepte sa présence, de la vivre et de l’exprimer sainement. Pour ça, la communication non violente est d’une grande aide.

Résilience et contentement

Vivre dans la résilience et le contentement. Se satisfaire de ce qu’on a, minimiser les désirs inaccessibles pour ressentir moins de frustrations (relation, possession matérielle, réussite, projets pro et perso …)

Se recentrer

Faire des exercices de souffle (pranayama ou cohérence cardiaque) aide à revenir dans le présent et se détacher de sa colère. Ou bien intellectualiser rapidement ce qu’il se passe sans se laisser envahir par nos émotions. Mais pour ce dernier, cela demande beaucoup beaucouuuup de maitrise de soi. Je recommande donc le premier 🤪.

Relaxation

Essayer au mieux de quitter un conflit, pour s’isoler et se donner de l’empathie, respirer et retrouver un espace en soi afin de se relaxer et faire descendre la pression. Sans renier sa colère encore une fois et l’accueillir en conscience.

Photo : Andrea Piacquadio

Comment vivre avec sa colère ?

S’entourer

Choisir un entourage sain, respectueux et bienveillant. Oui, là aussi c’est compliqué. Trouver des personnes qui ne soient pas ou plus allergique aux émotions relève du miracle. Et tu sais quoi ? Mieux vaut être seule que mal accompagnée.

Gratitude

Pratiquer la gratitude de tout ce que l’on possède, des choses simples de la vie. Etre reconnaissant du peu que l’on possède. Réaliser que le bonheur n’est pas matériel mais bien intérieur.

S’affirmer

Accepter sa colère, la voir comme une énergie qui anime la vie. Comme un message nous informant que notre individualité a été bafouée, et qu’il faut redire / réaffirmer nos limites. Il s’agit de reconnaissance de soi, défendre son territoire personnel

Oser être en colère

S’autoriser à être en colère, c’est reconnaître sa liberté d’exister. C’est aussi permettre à notre humanité de s’exprimer. Découvrir des facettes de soi inconfortables. Dépasser ses peurs de vivre des émotions. S’affirmer avec assurance, exprimer une colère saine et juste pour gagner le respect des autres.

Se détacher de sa colère

Apprendre à ressentir sa colère, l’exprimer et non fusionner avec elle dans la violence. Réaliser qu’elle est présente pour nous informer sur une limite qui a été franchie. Que l’on ne se sent pas respectée.

Agir en conscience

Reconnaître sa colère quand elle est là. S’isoler si besoin au lieu de continuer à entretenir le conflit intérieur ou relationnel. Se tourner vers son intériorité pour l’accueillir et la dépasser.

Se donner de l’empathie

Prendre soin de soi-même, empathie pour soi et ses colères. Refuser le rôle de victime sans devenir bourreau. Assumer son pouvoir d’action et prendre la responsabilité de ses émotions et de son état intérieur.

Photo : Jack Winbow

Courage

Accepter que les autres aient une image de nous-même négative aussi erronée soit-elle. Se détacher des opinions des autres, concernant l’image de soi quand on est en colère. Et comme ça a été le cas pour moi, être prête à se séparer des personnes qui n’acceptent pas notre humanité, nos vulnérabilités, nos émotions, bref qui l’on est simplement.

S’exprimer avec justesse

Adopter un comportement affirmatif : exprimer clairement ses émotions, ses besoins, ses pensées … de façon adaptée et directe avec une volonté de résolution de conflit honnête et bienveillante. Affirmer son besoin d’harmonie dans ses relations.

La colère nous amène vers l’humilité car on reconnaît sa propre vulnérabilité ce qui diminue le pouvoir de l’Ego et redonne une sensation de soulagement.

Energie créatrice

Se servir de la colère comme énergie neutre créatrice plutôt que destructrice. Entreprendre des projets avec le cœur, créer à partir de cette énergie.

Nos colères sont des émotions utiles pour délimiter notre individualité et qui peuvent devenir très toxiques si on ne les traite pas. Cependant, grâce à la prise de conscience et le désir de travailler sur soi, on peut traiter nos colères passées, et agir sur nos colères présentes pour vivre plus sereinement et plus heureux.

Prends soin de toi, de tes émotions et surtout de tes colères

💖💕 Bisouuuuuus 💕💖

☀✨ Daphné ✨☀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :