Comment pratiquer sainement la pensée positive ?

« Le pouvoir de la pensée positive » a fait le tour du monde. En occident on ne parle que de ça. « Réalisez vos rêves en les visualisant avec des actions à côté. Cessez d’être négatif, soyez positif. Ruminer c’est bien, être dans la joie H24 c’est mieux. Devenez riche en rêvant. Connectez-vous à l’abondance avec la pensée positive. Trouvez des clients en les visualisant… »
Bon, depuis que je suis toute petite je rêve que mon corps peux voler dans les airs et ça n’a jamais fonctionner sauf quand je suis dans un avion 🤣. Voilà, la pensée positive ça marche sous condition. Voici donc un article où je te partage ma pensée sur le sujet et des vrais conseils pour que ça fonctionne 🤪.

La pensée positive c’est quoi ?

Un art subtil

Pour moi c’est un outil de développement personnel concernant nos schémas de pensées. Il s’agit de se déprogrammer en conscience des pensées toxiques puis de réinstaller des pensées positives. Sans pour autant renier le négatif, il s’agit justement de l’accepter sans l’entretenir. Reconnaître les entourloupes de notre égo. Ecouter son coeur et son âme. Placer des pensées bénéfiques dans son esprit.

Ce que je veux te dire, c’est que la pensée positive nous est vendu comme une solution miracle où il suffit juste de penser très fort que tout va bien pour que tout aille bien. Une grosse fumisterie je pense car on ne prend pas en compte l’état toxique intérieur de la personne, ses blessures, son karma (Cycle de réincarnation dû au concept de cause et effet) et ce que son âme a choisi de vivre dans cette incarnation…

Je crois en la pensée positive.Je pense également qu’il y a d’autres facteurs qui rentrent en jeu pour que cet outil soit efficace. D’où sa subtilité. Je suis convaincue que les conséquences de la pensée positive fonctionne si on a nettoyé à hauteur de 90% son état intérieur toxique. Et que l’on a appris à s’aimer et entretenir de belles énergies intérieur. Ouaiiiiiii ce n’est pas si facile que ça, crois-moi 🤪. J’ai mis presque 20 ans pour en arriver là. Mais toi tu mettras peut-être moins de temps que moi 😉.

Photo : Wokandapix

Un outil de bien-être efficace

Une fois qu’on s’est lancé dans cette belle aventure qu’est la découverte de soi, on commence bien entendu dès le début à se créer des pensées positives vis-à-vis de soi-même. Encore une fois, il faudra leur faire de la place en traitant en même temps les pensées toxiques.

Puis en continuant son cheminement personnel, on débouche sur l’aspect spirituel. En effet, la pensée positive ainsi que le moment présent sont des outils qui concernent avant tout l’âme, l’esprit pour ensuite immerger le mental d’énergies d’amour.

Je dirait qu’il faut un travail complémentaire à la pensée positive pour en tirer des bénéfices sains. Pour cela, tu dois être prête à rencontrer tes peurs profondes, explorer tes traumatismes émotionnelles, observer tes schémas toxiques et les accepter. Sans ça, tu auras beau te répéter tous les jours des pensées positive,s elles ne pourront pas rester car il n’y a tout simplement pas de place pour elles à cause des pensées toxiques.

Une manière d’entretenir son énergie

Une fois que le grand ménage interne a été fait, on peut y mettre de nouvelles choses. C’est comme un grand ménage de printemps dans ta garde robe, tu revends le vieux, ça fait de la place pour y mettre de nouvelles tenues tendances et fraîches. D’ailleurs je trouve que les pensées positives circulent mieux quand les pensées toxiques ont diminuées. Ce qui est logique.

Par conséquent, tu peux intégrer progressivement des actions bénéfiques dans ta routine quotidienne pour naturellement créer des habitudes saines.

pensée positive pouce
Photo : Luisella Planeta Leoni

La pensée bénéfique

J’utilise plus souvent le terme de pensées bénéfiques car il n’exclut pas le négatif dans notre vie. Pour moi, accepter de ne pas avoir les moyens d’être parfaitement positive à chaque seconde est tout à fait sain. Nous avons des traumatismes émotionnelles, des blessures, des schémas toxiques issus de notre éducation et de nos parents donc c’est normal de péter un câble parfois, d’avoir des émotions comme la colère et la tristesse.

Il n’y a pas de honte à être humain et faillible parfois. Même un yogi s’énerve quand ses disciples font n’importe quoi. L’objectif n’est pas d’accéder à un idéal inaccessible, mais de se rendre la vie belle et agréable. Se laisser traverser par sa colère et l’exprimer par le dessin ou la danse par exemple, est très bénéfique. J’ai appris à accueillir mes émotions et les vivre au moment où elles s’expriment. Et comme par hasard, OH bah elles sont de moins en moins intenses et de plus en plus courtes.

Les dangers de la pensée positive

Désillusions

J’ai longtemps suivi ces foutaises sur la pensée positive dans mes activités professionnelles. J’ai lu beaucoup de choses sur le sujet et tu sais quoi ? Je me suis sentie déçue. Alors oui les coachs me trouveront tout un tas d’excuses pour me dire que c’est ma faute et que je ne fais pas les choses correctement car ça a marché pour eux et leurs clients. Blablablaaaaaaaaaaa. OK j’y ai peut-être pas pensé assez fort ni assez longtemps. Après 10 ans d’essais j’ai fini par arrêter de me faire souffrir.

Faux espoirs

J’ai cultivé longtemps un idéal atteignable que je n’ai jamais atteint, et cela m’a fait beaucoup souffrir. La pensée positive crée de faux-espoirs en plus des désillusions. On s’accroche à cet outil en pensant que ça va résoudre tous nos problèmes. De mon expérience, en nettoyant mon intériorité et en arrêtant de m’accrocher à de faux-espoirs, j’ai pu utiliser cet outil autrement et là j’ai eu des résultats différents.

Perte de confiance en soi

A force de voir que ça marchait pas pour moi et que ça le faisait pour les autres on commence à se dire que c’est de notre faute. On culpabilise et là bien sûr l’égo charge et profite de ce moment de faiblesse pour nous rappeler combien on est minable, débile, une ratée, un gros caca mou qui pue, une bonne à rien, une incapable… Et c’est la chute libre vers la disparition de la confiance en soi.

Bizarrement dans ces moments là j’ai essayé la pensée positive et comme je bloquais mes émotions présentes je me sentais encore plus mal. Bah oui parce la pensée positive n’est pas un outil à utiliser quand tu fais une crise émotionnelle. Et ça on te le dit pas souvent.

Confusion

Du coup, quand tu fais ta crise de nerf et que tu te dis je vais bien tout va bien, je suis positive, et que tu te forces à être positive au lieu d’accueillir ce qui te traverse, tu es dans la confusion, ton corps résiste, ton mental ne sais plus quoi penser et tu souffres.

Je te raconte mes expériences vécues. Attention, je ne suis pas en train de mépriser cet outil. Personnellement, je l’ai testé dans différentes conditions, jusqu’à trouver celles qui me conviennent pour que cela soit bénéfique pour moi.

pensée positive portes
Photo : Arek Socha

Rêver sa vie au lieu de la vivre

Bien que beaucoup de coach conseils d’agir en parallèle (je suis d’accord avec cela) beaucoup de gens tombent dans le piège de la rêverie. Le pouvoir de la pensée positive fonctionne dans un cadre particulier. Il ne suffit pas simplement de visualiser sa vie idéale, ses rêves pour que cela se concrétise. Des actions sont requises.

J’ai toujours été une grande rêveuse et aucun de mes rêves ce sont réalisés. Pourtant j’ai commencé dès l’enfance hein. Donc qu’on ne vienne pas me dire que je n’y ais pas cru suffisamment longtemps 😆.

Développer la pensée magique

La pensée magique c’est croire très fort en quelque chose qui de toute évidence ne se réalisera pas surtout si on place la responsabilité de sa concrétisation en dehors de soi. Un exemple simple, un enfant qui ferme les yeux et qui croit qu’il est devenu invisible et que personne ne le voit. C’est croire qu’en visualisant son client idéal, il va venir frapper à notre porte pour acheter nos produits et services. Pour moi c’est une façon de se déresponsabiliser de sa vie et de ses choix et attendre des autres qu’ils s’occupent de nous, de nos besoins, de nos émotions… comme un enfant.

Se faire avoir

Au bout d’un moment, on finit par être épuisée de rêver tous les jours, d’agir et de ne jamais voir arriver les résultats que l’on espérait. J’ai connu ce goût amer de déception. Cette tristesse, ce désespoir envers soi-même. On entretient la croyance qu’on ne sera jamais assez bon pour réaliser ses rêves. Ou bien que c’était notre destinée de souffrir et d’échouer. J’ai finit par avoir l’impression de m’être fait bernée et j’ai tout lâché. Curieusement, je me sentais plus légère après, d’avoir lâché prise.

Des conseils sains pour pratiquer la pensée positive

La pensée positive est un très bon outil, on a simplement besoin de connaître ses subtilités pour l’utiliser. Voici mes conseils persos, issu de mon expérience pour t’aider à utiliser cet outil formidable.

Accepter ses parts sombres

C’est accepter les problèmes de la vie, qu’il y aura toujours quelqu’un pour t’enquiquiner sur un sujet sensible, mal te parler, un courrier de perdu, un dossier à refaire… Un malentendu, un oubli, une parole désobligeante, un coup de klaxonne de trop…

A moins de vivre seule sur une île déserte, tu auras toujours des problèmes. Et même seule sur une île déserte tu finiras par devenir folle car on a besoin d’être en lien avec nos semblables.

C’est aussi accepter ses émotions diverses, ses schémas toxiques présents en soi, ce qui fait de nous des êtres humains entiers. Comme par exemple un égo qui prend toute la place dans notre vie sans qu’on sen rende compte.

Identifier ses schémas de pensées toxiques

Repérer ses schémas toxiques pour mieux les appréhender et aussi pour les défaire. On ne peut pas se débarrasser de quelque chose que l’on ne voit pas, qui n’est pas conscient. C’est souvent le travail pénible et difficile à faire car cela demande du courage et on a tellement pas envie de regarder ce qu’on cache depuis l’enfance sous le tapis et dans l’armoire. Pourtant comme je le dis à chaque fois, c’est le travail le plus salutaire que j’ai fait et qui m’a apporté des résultats au delà de mes espérance.

Faire le ménage dans son esprit

Ensuite, tu fais un travail d’épuration seule ou accompagnée pour faire de la place dans ton esprit. Ici, il s’agit d’éliminer les vieux schémas toxiques, les vieux disques nocifs de pensées et de croyances néfastes pour ta paix d’esprit. C’est aussi guérir un certain nombre de blessures pour éviter que ton enfant intérieur réagisse comme un gros bébé à chaque contrariété. Oui je rencontre encore des gens qui même à plus de 50 ans réagissent comme des enfants qui attendent qu’on prennent en charge leurs problèmes. Et ça se croit très mature en plus 😅.

pensée positive cadre
Photo : Tumisu

Arrêter de se mettre la pression

Pour moi c’était un des points cruciaux. Lâcher prise sur l’image de soi. C’est à dire ce que je devrais être et penser pour être heureuse et positive à chaque seconde. C’est impossible. Alors arrête de te mettre une pression de malade pour être parfaite selon les règles de la société. Ta perfection tu la trouveras en partie dans la résilience, l’acceptation et tes imperfections. Oui ce n’est pas logique. L’idée c’est que tu fais de ton mieux à chaque fois. Et c’est génial car tu trouveras la paix de cette manière ainsi que la confiance en soi.

Apprendre à se connecter à son intériorité

Descendre en soi pour découvrir son énergie d’amour est une étape importante selon moi. C’est ici que je trouve ma force intérieure, notamment dans les moments de fort désespoirs. En apprenant à traverser mes nuages de rancoeurs et de contrariétés, j’accède à ma lumière intérieure. Encore une fois je n’essaie pas de chasser les nuages, je les traverses. D’où la subtilité avec laquelle je te bassine depuis le début.

Descendre au coeur

La source de la pensée positive se situe dans le coeur et non dans la tête. Et ouai, on te la certainement pas dit, en te vendant un séminaire hors de prix sur « comment faire de tes rêves une réalité ». Donc visualiser, ressentir les émotions comme si on avait déjà notre yatch sur la côte d’azur c’est du bullshit. Même si tu le ressens avec le coeur tu ne l’auras pas pour des raisons politiques, éthiques et sociales. J’en parlerai pas car ce n’est pas le sujet.

Par contre, dans le coeur, tu peux générer des pensées bienveillante à ton égard et ça c’est plus utile et essentiel qu’un yatch. Les pensées positives sont plus efficaces quand elles sont créées avec les neurones du coeur. Parce que oui, il paraît que le coeur fonctionne avec des neurones comme notre cerveau. Bref, que ce soit vrai ou pas, j’ai testé de penser avec le coeur et je me sens plus heureuse que quand j’essaie d’être heureuse avec mon cerveau.

Photo : Cottonbro

Apprendre à surfer sur la vie

Un des enseignements fondamentaux du yoga c’est d’apprendre à surfer sur les vagues de la vie. C’est à dire apprendre à accueillir ce qui vient sans réagir. Souvent on a l’impression qu’il s’agit d’être stoïque et sans coeur alors que pas du tout. Le coeur des yogis est immense, leur lumière divine si délicate et pleine d’amour. Ils ont appris à se détacher de leurs émotions sans les renier, se défaire du matériel pour aller à l’essentiel, voir au delà des yeux physique avec le coeur et l’âme.

Autrement dit, il s’agit de développer sa capacité de résilience. Apprendre à accueillir les moments désagréables et agréables pour prendre de la hauteur sur sa vie et la vivre plus sereinement.

Voili voilou, tranquillou bidou. Je t’ai partagé des conseils très personnels sur le pouvoir de la pensée positive et ses subtilités que j’ai expérimenté. Avec ces compléments, j’espère que tu utiliseras différemment cet outil et que tu pourras enfin en bénéficier.

Prends soin de toi et de tes pensées.

💖💕 Bisouuuuuus 💕💖

☀✨ Daphné ✨☀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :